Manger sans abuser

Le temps des fêtes arrive à grands pas et certains d’entre nous ont déjà commencé à planifier leurs repas de Noël ou du Jour de l’An. Avec l’incertitude qu’amène la pandémie, nous devons réinventer nos traditions et réfléchir à comment concilier les célébrations avec les directives sanitaires mises en place, qui peuvent être modifiées à tout moment sans préavis. Mais cette année comme toutes les autres années, la nourriture sera assurément un élément important des festivités.

Cette période festive, que plusieurs attendent impatiemment, a toujours été synonyme de rassemblements, et ce, que ce soit avec le travail, les amis ou la famille. Toutefois, l’ambiance des rassemblements des fêtes ne peut être complète sans nourriture ou breuvages, car sinon, cela ressemblerait davantage à une réunion qu’à une célébration! La tourtière, la sauce aux canneberges, la bûche de Noël et le sucre à la crème sont des incontournables que l’on retrouvera assurément à table durant les fêtes.

Mais devons-nous refuser catégoriquement ces aliments traditionnels qui ne sont pas nécessairement « riches en fibres » ou qui ne portent pas la mention « contient des oméga-3 »?  Les personnes voulant opter pour un mode de vie sain doivent-elles s’isoler pour éviter toutes ces tentations à l’excès?

Concilier santé et réconfort

Certes, la nourriture est une source de nutriments pour alimenter notre corps, mais elle ne se limite pas à cette fonction. Avec ces mets traditionnels, l’alimentation fait partie intégrante de notre culture. Elle est au centre de nos fêtes familiales et amicales, et peut même parfois nous permettre de rencontrer une nouvelle flamme, que ce soit autour d’un café ou d’un souper en tête-à-tête. En fait, il ne serait pas sain de devoir se couper complètement de nos activités sociales pour manger raisonnablement.

Les aliments nous permettent de subsister, mais aussi d’apprécier les beaux moments de la vie! Ils peuvent même être associés à la découverte de nouveaux talents, tel que la fabrication de pain, que plusieurs personnes ont d’ailleurs essayée durant l’année 2020.

Adopter une saine alimentation, c’est trouver un équilibre entre les aliments sains et les aliments qui nous apportent du plaisir. Le temps des fêtes est une occasion de rencontrer nos proches (dans le respect des directives sanitaires bien sûr!) et d’avoir du plaisir ensemble. Rien ne vous empêche de profiter de la recette de tourtière de votre grand-mère, ni même de prendre une pointe de cette tarte au sucre qui vous rappelle votre enfance. Prenez le temps de bien déguster les saveurs, d’apprécier les couleurs et les textures des aliments et de vous remémorer vos beaux souvenirs. Après tout, chaque aliment fait partie d’une saine alimentation : tout est une question d’équilibre!

Alors que plusieurs se demandent s’ils peuvent consommer tel ou tel aliment durant le temps des fêtes, il serait peut-être plus approprié de se demander : « À quoi ressemble mon alimentation entre Noël et le Jour de l’An, et tout au long de l’année? ». En effet, vous bénéficierez des bienfaits d’une saine alimentation dans ce que vous mangerez tous les jours, plutôt que lors des célébrations ponctuelles du temps des fêtes, qui reviennent seulement une fois par année.

Joyeuses fêtes… en équilibre!


Stéphanie Boily est diététiste au Centre de santé communautaire de l’Estrie à Alexandria en Ontario. Elle rencontre des clients de façon individuelle pour discuter de leurs objectifs nutritionnels et travaille avec eux pour améliorer leur alimentation. En contexte hors pandémie, elle anime des cours de cuisine dans des écoles de sa région (L’escouade culinaire) et avec les Centres ON y va (pour la petite enfance). Selon les besoins de la communauté, elle offre également des programmes et présentations diverses, dont Craving Change. 

* Cet article a été publié dans le magazine Vivre + de la FARFO, édition décembre 2020.